En nous basant sur les statistiques fournies par les paroisses, la population du diocèse serait en légère décroissance. Ainsi, en 2020, la population totale se chiffrait à 90 667, soit 200 personnes de moins que l’année précédente. Cependant, le nombre de familles serait resté stable à 33 880 familles.


Une vingtaine de paroisses ont vu leur population fondre légèrement alors que quelques-unes comptent des citoyens de plus. C’est le cas notamment des paroisses de Saint-Alexandre (+51) et Saint-Antonin (+50). Ces deux paroisses profitent sûrement du débordement de la population de la ville voisine de Rivière-du-Loup. Du côté ouest de notre territoire, les paroisses de Saint-Paul-de-Montminy (+36) et de Sainte-Perpétue (+37) auraient aussi vu leur population s’accroître.


À l’inverse, notons que la paroisse de Saint-Joseph de Rivière-Bleue aurait perdu 56 de ses citoyens alors que les paroisses de Saint-Pamphile et de Cap-Saint-Ignace perdaient respectivement 42 et 47 citoyens.


Pour l’année 2020, on dénombrait 168 baptêmes (une diminution de 322 par rapport à l’année précédente) alors que les funérailles se chiffraient à 428, 118 de moins que pour l’année 2019. Toutefois le nombre de sépultures est demeuré stable puisqu’on en dénombrait 785 en 2020 comparativement à 788 l’année précédente.


Signalons que ces chiffres nous sont acheminés par les paroisses et peuvent donc différer de ceux que pourrait fournir Statistiques Canada à la suite d’un recensement exhaustif.




Afin de venir en aide à l’Inde particulièrement frappée par la pandémie de la COVID-19, Développement et Paix-Caritas Canada s’est engagé à verser une somme de 50 000 $ au réseau Caritas afin de soutenir le peuple indien. Mais cette somme n’est peut-être qu’un début…

En versant votre contribution dans un Fonds d’aide destiné à l’Inde, vous permettrez à Développement et Paix, d’en faire encore davantage pour aider le peuple indien aux prises avec un manque flagrant de médicaments, d’oxygène et de matériel médical. Actuellement, le pays de Ghandi est l’un des plus durement frappés par ce virus puisqu’on comptait, au début de mai, plus de 20 millions de cas confirmés. Pour la seule journée du 5 mai, on dénombrait 412 262 cas et près de 4 000 décès. Dans une récente déclaration, le directeur régional de l’UNICEF disait que « la nouvelle vague qui frappe actuellement l’Inde a le potentiel d’annuler tous les gains mondiaux acquis contre la pandémie ». Cependant, le responsable de Caritas-Inde, le père Paul Moonjely fait preuve d’un peu plus d’optimisme en disant que « la tempête prendra fin… grâce à notre effort collectif ». Peut-être pouvons-nous lui donner raison en nous montrant généreux.


Pour faire un don en faveur de l’Inde : https://www.devp.org/fr/civicrm/contribute/transact?reset=1&id=3&gl=24300 ou par téléphone : 1 888 664-3387



Actualité