LE PAPE FRANÇOIS DEMANDE PARDON POUR LE TRAITEMENT INFLIGÉ AUX AUTOCHTONES DU CANADA

À l’issue des rencontres privées qu’il a eues avec les représentants des Métis, des Inuit et des Premières nations, le 1er avril dernier, le pape François disait « ressentir de la peine et de la honte » pour le rôle qu’un certain nombre de catholiques ont eu « dans les choses qui vous ont blessés, dans le manque de respect manifesté pour votre identité, votre culture et vos valeurs spirituelles… » Il a déploré particulièrement le fait que des actions et des gestes scandaleux ont pu être posés par ceux qui avaient des responsabilités éducatives dans les pensionnats autochtones. « Pour la conduite déplorable des membres de l’Église catholique, je demande le pardon de Dieu et je veux vous dire de tout mon cœur : je suis vraiment désolé. »


En formulant ces excuses, le pape François a aussi assuré les représentants des peuples autochtones qu’il viendrait leur rendre visite au Canada. Il ajoutait qu’il était « impatient d’en apprendre davantage sur eux et de rencontrer leurs familles » lorsqu’il visiterait leurs terres mais, disait-il, « je n’y vais pas en hiver ».


Bien qu’aucune date n’ait été précisée, le pape François a évoqué la grande dévotion que les peuples autochtones vouent à sainte Anne, la grand-maman de Jésus, dont nous célébrons la fête le 26 juillet de chaque année. Et l’endroit où le pape aimerait rencontrer les Premières nations serait le Sanctuaire de Sainte-Anne, aménagé sur les bords du Lac Sainte-Anne en Alberta, non loin d’Edmonton. C’est du moins ce qu’indique l’agence de presse Présence information religieuse.


Avec cinq de ses confrères évêques, Mgr Raymond Poisson, président de la Conférence des évêques catholiques du Canada accompagnait la délégation canadienne qui s’est rendue au Vatican du 28 mars au 1er avril. Parlant au nom de l’Église canadienne, il disait que « la reconnaissance des échecs de l’Église rend notre désir de réconciliation encore plus fort ». Il a ensuite remercié le pape François d’avoir accepté de venir au Canada, ajoutant : « nous sommes prêts aujourd’hui à vous aider à faire vos valises ».



41 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout